Sélectionner une page

Le Nouveau Elite Direto XR est annoncé !

Le Nouveau Elite Direto XR est annoncé !

J’en parlais déjà la semaine denière … Elite vient d’annoncer officiellement son nouveau Direto XR. Plus qu’une évolution, ce dernier modèle propose des caractéristiques qui vont bousculer le marché des home-trainers !!!

INTRODUCTION

Je l’annonçais la semaine dernière suite à une fuite, Elite était sur le point de livrer une nouvelle version de son home-trainer best-seller : le Direto X. L’annonce est officielle depuis ce matin : le Direto X est remplacé par le Direto XR.

Ce nouveau modèle affiche des caractéristiques de modèles hauts de gamme comme le Tacx Neo et le Wahoo Kickr. A tel point que ce n’est plus une évolution mais une grosse montée en gamme qui place le Direto X en remplacant de Drivo II qui sort du catalogue.

La gamme Elite se reditribue donc ainsi : 

  • Entrée de gamme wheel-on : Le Tuo
  • Milieu de gamme direct drive : Le Suito
  • Haut de gamme direct drive : Le Direto X

De plus, ce nouveau Direto X reprend les recettes du succès commercial du Suito … Les concurrents vont avoir mal !

Au Final, Quelles sont les nouveautés ? 

La puissance

C’est la grosse nouveauté (et surprise) … On s’attendait à une augmentation de la puissance, mais pas dans ces proportions. Désormais, le trainer phare de Elite est capable de simuler 24% – exactement comme l’ex flagship de Elite, le Drivo II. On est donc désormais en présence d’un modèle haut de gamme, directement en concurrence avec le Tacx Neo et le Wahoo Kickr (qui affichent 25%).

    La réactivité

    La construction du Direto XR change très peu par rapport à celle de ces prédecesseurs. On note cependant deux évolutions :

    • Nouvel algorithme pour l’ERG pour plus de réactivité et de stabilité.
    • Augmentation du poids de la roue d’inertie (qui passe de 4,2 kg à 4,5 kg). 

    C’est peut-être sur ce point que le Direto XR sera en retrait par rapport à ces concurrents. Pour mémoire, la roue d’inertie du Drivo 2 faisait 6 kilos et la “légèreté” de celle du Direto X lui valait quelques critiques. Ce point devra être validé par un test (c’est prévu 😅). 

    Les autres points

    Comme prévu, pas d’évolution notoire concernant la précision. Le Direto X reprenait déjà le capteur du Drivo II et était déjà au top. On retrouve le capteur OTS annonçant 1,5% de précision et son process de calibration. Malheureusement, le PML n’est pas à l’ordre du jour.

    La connectivité reste au top : support ANT+ et BLE irréprochable (si ce n’est le système d’analyse de pédalage toujours propriétaire – procédé abandonné par Tacx suite au rachat par Garmin). Le mode hors tension n’est pas amélioré.

    Concernant les accessoires, le Direto X était déjà livré avec tous les adaptateurs d’axes mais sans cassette. On retrouve toujours cela ! Mais en plus, le Direto XR reprend un des ingrédients qui a fait le succès du Suito : Le “Plug’n Play”. Le Direto XR est donc livré avec une cassette 11v type Shimano 105 pré-montée.

    De plus, son packaging est revu de telle façon qu’aucun montage n’est nécessaire  on le sort de la boîte, on le branche,  on met le vélo dessus et on roule !

    Goodie complémentaire, vous trouverez une carte permettant d’obtenir 1 mois d’abonnement gratuit à Zwift.

    Quand sera-t’il dispo ?

    Pour la france, il est déjà dispo via l’importateur de Elite en France (Shimano). Certains magasins le propose à la vente dès aujourd’hui. Si ce n’est pas le cas, ils seront approvisionnés très rapidement.

    Et à quel prix ?

    C’est la (petite) mauvaise surprise … L’intégration de la cassette et l’amélioration des caractérisques  ont un effet sur le prix qui augmente d’une cinquantaine d’euros. Les premiers modèles s’échangent autour de 850€ (le prix catalogue du Direto X était de 799€).

    Reste qu’à ce prix, le rapport qualité/prix est au top. Il ne fait aucun doute que le Direto XR est un futur best-seller … En effet, il y a quelques mois il était inenvisageable de trouver de telles performances à moins de 1000€.

    Devant un tel repositionnement de gamme, la concurrence va souffrir et va devoir réagir !!!

    A propos de l'auteur

    Bertrand PASQUIER

    En recherche permanente d'une réponse à la question "Combien de vies dans une vie ?" ... Ou comment concilier sport, travail, famille, amis & passions !

    2 commentaires

    1. Avatar

      Bonjour,

      Cet home trainer ne possède pas la fonction Power Meter Link contrairement au Suito. Concrètement, qu’est-ce que cela change ? Car il est bien possible de connecter son capteur de puissance du vélo (Favero Assioma) pour l’utiliser sur Zwift ? Quels sont les désavantages de ne pas posséder cette fonction ?

      Réponse
      • Avatar

        Salut,

        On pourrait penser que la selection de la source depuis Zwift équivaut la fonctionnalité PML.

        Effectivement, c’est le cas en mode SIM (en mode libre).
        Zwift lit la valeur de puissance produite par les pédales et envoie au home trainer les paramètres necessaires pour qu’il te simule la résistance appropriée (en fonction du relief notamment).
        Il n’y a donc aucun effet de bord si tu utilises un autre capteur. Donc c’est nickel !

        Mais le soucis va apparaitre en mode ERG.
        Dans ce mode, Zwift envoie la consigne de puissance au HT et le HT se débrouille pour te faire tenir cette valeur en modulant la résistance.
        Le soucis, c’est que le HT ne connait pas ton capteur externe, il se base uniquement sur son capteur interne.

        Si ton capteur interne et externe donnent des valeurs proches, tu n’auras pas de soucis si ce n’est une fluctuation plus importante de ta courbe de puissance.

        Mais si tu as des écarts importants, tu peux avoir des effets de bord.

        On va prendre un cas pratique, et tu vas comprendre comment cela fonctionne. Imaginons que tu doives tenir 200w.
        Zwift va envoyer une consigne de 200w à ton HT qui va donc réguler la résistance pour que tu produises 200w – ce qu’il vérifie avec son capteur interne.
        Mais envisageons que tu as choisis tes pédales comme source de puissance dans Zwift et qu’à ce rythme elles donnent 220w.
        Zwift va donc recevoir une info comme quoi tu pédales à 220w et va l’afficher …

        C’est ce qu’on imagine …

        Maix Zwift (comme TrainerRoad ou d’autres logiciels) triche !!!
        Tous ces logiciels utilisent un algorithme dit “Powermatch”.
        Le but de cette algorithme est de compenser logiciellement l’écart entre la consigne (200w dans notre exemple) et le résultat (220w).

        Si la puissance obtenue de ton capteur externe est trop forte, Zwift va baisser la consigne ERG envoyée au home-trainer jusqu’à obtenir une valeur de puissance externe cohérente.
        Zwift va donc diminuer la consigne à 195, 190 puis 185w par exemple, jusqu’a obtenir 200w aux pédales.
        Au final, tu auras donc bien les 200w mesurés aux pédales et affichés à l’écran avec un home-trainer à 185w.

        Avec l’exemple que j’ai choisi, tu comprends qu’il y aura un effet sur la qualité de l’entrainement.
        Si tes pédales sont justes, cela te permettra de corriger le capteur interne défaillant de ton HT (au prix de la fluctuation de puissance plus importante).
        Mais si ton capteur interne est de moins bonne qualité, tu seras en sous-entrainement (à 185w reel alors que tu penses être à 200w).

        Le PML permet de corriger ce problème.
        Le principe est simple : le ht se connecte au capteur externe et utilise ce capteur à la place du capteur interne.
        Du coup, que tu connectes Zwift sur les pédales ou sur le HT, tu auras strictement la meme valeur et une cohérence parfaite.

        Espérant avoir été clair sur ce point un peu complexe.

        Bien à toi

        Réponse

    Laisser une réponse

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *