La version de mai 2020 a amené un nouveau mode de jeu disponible dans certains events. Cette nouvelle a rapidement provoqué une levée de boucliers. Mais que faut-il en attendre vraiment ?

Introduction

Cette nouveauté restera sans doute la fonctionnalité la plus notable de la version de mai 2020. Elle se sera fait particulièrement remarquer pour les débats et les prises de positions qu’elle a suscités !!! Elle génère :

  • de l’aversion chez les fans de réalité;
  • beaucoup d’attentes chez les stratèges des courses virtuelles.

Ces réactions sont donc le signe qu’il s’agit d’une vraie nouveauté !!! Donc, impossible de ne pas l’éplucher …

Notes préliminaires : 

  • Compte tenu de la nouveauté et de la diffusion restreinte de ce nouveau mode, cet article reste une ébauche. La fonctionnalité finale peut donc différer de ce qui est présenté dans cet article. Je prendrai soin de mettre à jour l’article au fur et à mesure de la dispo des infos.
  • Les deux captures d’écran disponibles à ce jour ont été réalisées par Zwift Hype, qui en reste seul propriétaire.

C’est quoi exactement ?

Je ne cesse de le répéter : Zwift est un jeu – même si c’est un jeu sérieux (un serious game comme disent les américains). C’est un parti-pris choisi et assumé – exactement comme celui d’ouvrir l’application à tout le monde quelque soit la qualité du matériel (et donc la fiabilité de l’information de puissance). On adhère ou pas !

D’autres applications font le choix de la simulation. C’est le cas de RGT ou du vaporware Veloton … Mais, elle se prive de certains aspects ludiques du jeu. Autrement dit, la simulation pure et dure peut être rébarbative – et c’est le point de vue de Zwift.

D’ailleurs, Zwift contient déjà de nombreux biais pour améliorer sa “jouabilité” et son coté ludique (ce qu’on appelle le gameplay en anglais). C’est notamment le cas des power-ups  ou de certains “arrangements avec le ciel” concernant la résistance (curseur de difficulté, gestion du poids, division des pentes en descentes par deux, etc …)

Ce nouveau mode s’inscrit dans cette lignée. Lorsqu’il est activé, il permet en début de course de s’équiper optionnellement d’un “boost”. Cet élément va fonctionner comme une réserve de puissance additionnelle, transitoire et rechargeable – exactement comme de la nitro dans une course de voiture.

Il apportera donc une surpuissance temporaire activable sur demande. Une fois déchargé, le boost pourra être rechargé … Mais, cela consommera une partie de la puissance que vous produirez. Donc, cela vous ralentira considérablement !!!

Illustration copyright Zwift Hype

Ce boost se choisit comme on sélectionne son cadre ou ses roues. C’est un équipement avec son propre poids et ses propres performances. Donc, il faudra réfléchir à son choix de la même manière que l’on sélectionne son vélo et ses roues.

En effet, et c’est tout l’intérêt du boost, le gain n’est pas sans contre-partie. Si vous souhaitez disposer de cette réserve de puissance supplémentaire, il vous faudra trainer son poids pendant toute la durée de la course.

Voici, en image, les caractéristiques des différents boosts :

Illustration copyright Zwift Hype

Et c’est dispo ou ?

Pour le moment, ce n’est pas réellement dispo … Cette fonctionnalité a été livrée sous le label FutureWork – exactement comme les clubs.  L’accès est donc restreint aux membres du club Jarvis (les pionniers de Zwift) qui ont reçus une invitation spécifique et sur des courses spécifiques.

Mais si cette fonctionnalité séduit, elle sera surement plus largement ouverte et disponible au choix des organisateurs d’évènements.

Beurk, j’en veux pas !

Quand j’ai vu ça, c’est exactement ce que je me suis dit. Ca fait franchement jeu de voitures et ça ne m’emballait pas. Mais, c’est comme avec les gosses : 

On ne dit pas j’aime pas avant d’avoir gouter !!!

J’ai donc pris le temps d’analyser la fonctionnalité. Et après réflexion, l’idée n’est pas si farfelue

En effet, si on se penche sur le game-play actuel, les courses souffrent d’un problème important. Tout le monde le sait : il est stratégique d’obtenir le bon power-up pour gagner une course (en général, le casque aéro au sprint). Or, l’obtention de ce bonus déterminant est totalement aléatoire. C’est donc le hasard qui fait la différence – et c’est totalement injuste ! 

Si les boosts venaient remplacer les power-ups en course, “exit le hasard ” !!! Tout reposerait sur la stratégie de choisir (ou pas) le boost le plus approprié et de la déclencher au moment le plus propice.

Finalement, une fonctionnalité pas si idiote que ça … 

Suivi des versions

  • 30 avril 2020 : Publication initiale
  • 1 mai 2020 : Corrections orthographiques diverses