Sélectionner une page

Le mode ERG – la théorie

Le mode ERG – la théorie

Point rapide sur le mode ERG, son utilité, son mécanisme et l’impact de la qualité du matériel sur son fonctionnement.

Qu’est-ce que c’est que cette bête ?

L’ERG est un mode de pilotage de la résistance du home-trainer. Il n’est donc disponible que sur les home-trainers interactifs – c’est-à-dire sur les home-trainers dont la résistance peut être pilotée par un logiciel.

Il va se substituer aux autres modes de pilotage dit :

  • « Classique » – qui applique une résistance constante (comme les home-trainers classiques réglables par câble) ;
  • « SIM » – qui simule le relief en déterminant une résistance équivalente à celle ressentie en extérieur.

Ces modes sont exclusifs les uns des autres : quand l’un est actif, les autres sont désactivés.

C’est toujours le logiciel qui pilote le home-trainer qui choisit le mode actif.

ET A QUOI çà SERT CONCRèTEMENT ? 

Le but du mode ERG est d’obliger le cycliste à produire une puissance définie par le logiciel qui contrôle le home-trainer.

Il trouve donc un intérêt manifeste dans les entrainements qui prévoient des intervalles avec des objectifs de puissance. Lors de ces séances, il va servir de pilote automatique en indiquant au home trainer les consignes d’entrainement.

Le home-trainer reçoit et mémorise la valeur cible de la puissance (disons 200w pour les exemples). Le reste de la « magie » s’opère en interne du home-trainer, directement entre ses différents composants.

Dès qu’il bascule en mode ERG, le home-trainer va se mettre à surveiller de manière continue son propre capteur de puissance. C’est en fonction de cette valeur et de son évolution qu’il va piloter la résistance.

Imaginons que la puissance du cycliste baisse. L’unité de pilotage va noter un écart entre la consigne (200w) et la mesure du capteur de puissance (par exemple : 190w). Immédiatement, elle va commander une augmentation du frein. Ce freinage supplémentaire va générer une force à contrer plus importante obligeant le cycliste à appuyer plus fort sur les pédales pour conserver son pédalage.

Inversement, si cette correction fait passer la puissance du cycliste au-dessus de la cible (par ex 210w), le home-trainer va desserrer le frein afin d’obtenir l’effet inverse.

Ainsi, le home-trainer va chercher à stabiliser la puissance autour de cette cible et ce quelque-soit la cadence du cycliste.

ET pourquoi Ma puissance n’est pas stable ? 

Le mécanisme décrit ci-dessus repose sur une compensation continue. C’est-à-dire que le frein du home-trainer court après les modifications naturelles de la puissance (un être humain n’est pas une machine à produire de la puissance constante). Les corrections apportées par le mode ERG vont donc provoquer une oscillation de la puissance autour de la cible.

Ce phénomène qui déroute parfois les utilisateurs est « normal ». C’est-à-dire qu’il ne peut être totalement annulé, mais il peut être limité. Comme cela repose sur les qualités intrinsèques du matériel, on va observer des performances différentes selon le modèle du home-trainer. Et bien sûr, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne

Sur les home-trainers les plus haut de gamme, cette adaptation va être faite avec une très grande fréquence (plus d’une dizaine de fois par secondes) – impliquant une très grande réactivité du frein.  Certains de ces modèles se basent même sur la variation de l’écart plutôt que sur la valeur de l’écart (en observant les tendances baissières ou haussières de la puissance). Ceci permet d’anticiper les corrections et donc de limiter les oscillations. Ces modèles vont évidemment offrir une meilleure tenue de la puissance et un ressenti très propre de l’effort.

Un home-trainer plus modeste aura une analyse simplifiée, dont la fréquence sera plus faible et un mécanisme de frein moins réactif. Les oscillations seront donc plus importantes et on pourra même les ressentir au pédalage.

Pour cacher ce phénomène, certains de ces home-trainers lissent la puissance renvoyée au logiciel (mécanisme dit « power smoothing »). Ils transmettent donc une valeur autour de laquelle la puissance réelle oscille (qui est par définition la consigne de puissance).

On trouve cet artifice sous forme d’option désactivable sur les appareils de bonne facture (Kickr 2018 ou Core, Elite Direto, etc) … Son utilisation facilite « artificiellement » l’exécution des séances car il a moins besoin de soigner son pédalage.

Mais sur certains appareils, elle est carrément non-désactivable et fait office de cache-misère pour éviter que le logiciel tentent lui-même de corriger les écarts et aggrave in-fine la situation. Pour ceux que cela intéresse, je décris ces mécanismes dits « power-match » dans l’article sur l’utilisation des capteurs externes.

A propos de l'auteur

Bertrand PASQUIER

En recherche permanente d'une réponse à la question "Combien de vies dans une vie ?" ... Ou comment concilier sport, travail, famille, amis & passions !

5 commentaires

  1. Avatar

    Bonjour Pascal, merci pour votre article très interessant.
    Petite question : J’ai un Tacx flow smart, j’ai le monde ERG activé (notamment pour les entraînements, si j’ai bien compris).
    Par contre je suis surpris car j’ai fait l’alp Zwift hier, et je n’ai pas changé de vitesse durant l’effort. Y a t il également la fonction ERG d’activer sur des parcours hors entraînement ?
    D’avance merci de votre retour.
    Bastien

    Réponse
    • Avatar

      Bonjour,

      Tout d’abord, l’ERG ne fonctionne que pendant les entrainements … Jamais d’ERG en mode libre !!!

      Pour l’alpe de Zwift, le phénomène que tu ressens est lié à ton home-trainer. Le flow smart (que je connais très bien) est un modèle entrée de gamme limité à une simulation de 6-7% théorique. Cette limitation engendre un phénomène simple : une fois que le home-trainer est arrivé à son maximum de résistance, il ne peut faire mieux. Donc la résistance va être identique à 10 ou 20% de pente. Cependant, Zwift prendra en compte la “vraie” pente dans son calcul et ta vitesse ne sera pas la même.

      Mais, comme la résistance est identique et ne varie pas, nul besoin de changer de vitesse … Ce phénomène est d’autant plus prégnant que tu es lourd et que tu as poussé le curseur de difficulté du curseur au maximum.

      D’ailleurs, pour éviter ce phénomène sur ce type de modèle, je recommande de laisser le curseur “Difficulté du trainer” à la valeur par défaut (50%).

      Espérant avoir répondu à ton interrogation !

      Bien à toi

      Réponse
      • Avatar

        Top, merci de ton retour.
        Mais il me semble avoir laissé le curseur “difficulté du trainer” sur 50%..
        Donc, suis juste au max de mon HT sur les montées.

        bel AM.
        Bastien

        Réponse
  2. Avatar

    Bonjour, J’utilise un smart trainer Tacx Neo 2T et l’appli Tacx (sur Mac). Je ne parviens pas à utiliser le mode ERG pour mes entraînements (les workouts) : il y a t’il qqch à faire pour activer ce mode et si oui, quoi ? Merci d’avance (j’ai posé la question au service support de Tacx mais je n’ai pas eu de réponse…).

    Réponse
  3. Avatar

    bonjour Pascal,

    merci pour ton support,

    stp j’ai un HT Bkool pro1 et quand j’utilise zwift pour entrainement, dès que je commence je ressents une grande resistance au pédalage pour un parcours plat, et dès que me déconnecte on dirait que cette résistance est annulé.
    pour info, j’ai pas souscrit à un abonnement bkool.
    Autre précision sur mon Bkool j’ai l’impression que la puissance affichée est sous estimée de 40%.
    Merci

    Réponse

Trackbacks / Pingbacks

  1. Elite Suito vs Direto X | thePainCave.net - […] des valeurs de puissance indoor/outdoor. Cette fonctionnalité trouve particulièrement son sens en mode ERG – mode dans lequel le…

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *