Sélectionner une page

Zwift – L’influence de la puissance – Cas de Figure 8

Zwift – L’influence de la puissance – Cas de Figure 8

J’inaugure la série d’article sur la physique de Zwift par la plus évidente des analyses … Que se passe t’il si un même cycliste parcourt le même circuit à des puissances différentes ?

Introduction

C’est problablement la plus simple des analyses … Et tout le monde s’attend au résultat !

Plus tu pédales plus fort, plus tu arriveras plus vite !!!

Mais, il est intéressant de quantifier cet avantage, d’observer sa progression et l’impact des paramètres du modèle physique de Zwift sur ce sujet.

La méthodologie

Pour ces tests, j’ai donc embauché mon fidèle ami Pintje KLACHKOP. Pintje est un cycliste tout ce qu’il y a de plus moyen. Il fait 180cm et 75kg (comme moi, en dehors de la saison des raclettes 😅).

Pintje a une particularité physique incroyable, il est capable de conserver un niveau d’effort constant pendant des heures. Ceci lui permet de rouler pendant des heures à une même puissance donnée – un vrai métronome !!

Mais Pintje est un petit peu misanthrope. Il roule seul sur des maps vides pendant des heures – totalement à l’abri de l’aspiration. De plus, il n’aime par les power-ups et ne les utilise jamais … Ces éléments fausseraient ses tests.

Même si vous verrez bientôt que Pintje est un testeur de matériel hors pair, pour ce test, il va garder le même vélo : cadre Zwift Carbon et ses roues Zwift 32mm (le matériel de tout Zwifter débutant).

Pour ce test, il a choisi le circuit Figure 8 de Watopia … Suffisament long pour mesurer des différences significatives, mais offrant aussi une variété de relief interessante.

Sachez que ce type de test est strictement interdit sur un compte classique de Zwift et que cela constitue une infraction aux conditions générales d’utilisation de Zwift. Je rappelle que des exclusions ont déjà été prononcées pour des raisons similaires. Bref, vous connaissez la chanson :

Ces tests sont réalisés par des “professionnels”, ne reproduisez pas cela chez vous … 😅

Les résultats

Je ne vous fais par poireauter plus … Vous vous doutez du résultat !! Voici donc les données brutes du test.

Il est donc clair que la puissance joue un rôle prépondérant (youhou !!! Ça, c’est un scoop BFMTV). Plus on est puissant, plus on va vite – et les gains se chiffrent en minutes …

Mais, on voit aussi que le gain de vitesse n’est pas proportionnel avec l’augmentation de la puissance. En effet, en doublant la puissance (de 150 à 300), on ne divise pas par 2 le temps (on gagne 17 minutes et 16″ quand même !)

Par exemple, on gagne près de 5 minutes en passant de 150 à 175w, mais uniquement 2 minutes en passant de 275 à 300w.

 Ce phénomène est particulièrement visible sur représentation graphique de ces même résultats  (puissance en Watts en abscisse et temps en secondes en ordonnée). Il se traduit par “l’aplatissement” la courbe.

L’explication

Zwift n’échappe pas à la modélisation standard des forces s’appliquant au déplacement du cyclisme.

Si on excepte la gravité dans les descentes, la force produite au pédalage par le cycliste est la seule force qui aide le cycliste à avancer. A tout autre paramètre égal, il est donc normal d’aller plus vite quand on augmente la puissance (qui représente la quantité d’énérgie produite par unité de temps).

Mais, l’augmentation de vitesse n’est pas “gratuite” – bien au contraire … Ell engendre une augmentation encore plus importante de la force de trainée. Le cycliste va donc accélerer jusqu’a atteindre une vitesse plafond représentant le point d’équilibre entre sa force motrice et les forces s’opposant à son avancement (trainée et résistance au roulement).

Or, le cycliste sera très vite limité dans cette accélération car la force de trainée augmente avec le carré de la vitesse.  Sa seule solution pour aller plus vite : devenir plus aérodynamique ! Mais ça, Pintje travaille sur des pistes pour ces prochains tests.

Suivi des versions

  • 29 octobre 2020 : Publication initiale

A propos de l'auteur

Bertrand PASQUIER

En recherche permanente d'une réponse à la question "Combien de vies dans une vie ?" ... Ou comment concilier sport, travail, famille, amis & passions !

5 commentaires

  1. Avatar

    Merci pour cet article technique Bertrand. Quelle est la raison de risquer une exclusion par Zwift en cas de tests de ce principe? Est-ce lié à la diffusion des résultats?

    Réponse
    • Avatar

      Salut,

      Non, cela n’a aucun rapport avec la diffusion des résultats …

      Cela a un rapport avec la méthode que j’utilise pour obtenir les résultats.
      Pour avoir un environnement précis, j’utilise un émulateur (axa Pintje Klachkop) sur un compte spécifique.
      Sinon, ce type de pratique peut entrainer une exclusion, voire des sanctions sportives – comme celles qu’a reçues Cameron Jeffers.

      C’est pour cela que je préviens très clairement que c’est interdit !

      Bien à toi

      Bertrand PASQUIER

      Réponse
      • Avatar

        Merci pour ta réponse, je comprends mieux moi qui pensais naïvement que Monsieur Pintje Klachkop était un “vrai” zwifter :). Hâte de suivre des futurs tests, bon courage pour le travail que ça représente.

        Réponse
  2. Avatar

    Ce bon vieux pintje loooool

    Réponse

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *